Art-Culture-France, le portail des artistes et de la culture en France
banniere FR RU

Agenda


OUISTREHAM : EXPOSITION "L'AME EN TROMPE L'OEIL" A BELLE-RIVE DANS DU FESTIVAL "PLANCHES CONTACT"


Du 22/10/2022 au 01/01/2023
Espace d'art Belle Rive, Quai Georges Thierry, 14150 OUISTREHAM



Du 22 octobre 2022 au 1er janvier 2023,

 

 

Festival "PLANCHES CONTACT" // Hors les murs "L'âme en trompe l'œil"

KARINE SAPORTA

6 expositions

 

Belle Rive fait partie des quatre lieux "hors les murs" pour cette 13e édition du Festival photographique PLANCHES CONTACT, qui a lieu à Deauville du 22 Octobre 2022 au 1er janvier 2023.

C’est dans le cadre de ce rendez-vous devenu incontournable pour le monde de la photographie française que sera reprise l’exposition ‘L’âme en trompe- l’œil’ de Karine Saporta initialement programmée en Mars 2018 à la MP, Maison de la Photographie de Lille. 

À l’exposition initialement conçue pour la Maison de la photographie de Lille, se rajouteront dans cette reprise 2022 les images créées par la photographe dans le cadre de sa création à la Comédie française. En partenariat avec le Festival Transphotographiques & le Festival International de Films de Femmes de Créteil.

 

UNE PHOTOGRAPHIE ATYPIQUE

Les références du travail photographique de Karine Saporta sont à trouver du côté de ces grandes figures américaines qu’elle rencontre nombreuses dans le cadre de ses études au Columbia College de Chicago. Tout particulièrement Duane Michals et Jerry Uelsmann. En effet, c’est aux États -Unis que Karine Saporta, après des études de danse classique puis de philosophie et de sociologie en France, se forme à la composition chorégraphique, à la photographie et au cinéma. C’est là qu’elle fait pour la première fois l’expérience de sa propre créativité et découvre les outils qui lui permettront de façonner des univers oniriques en lien avec les profondeurs inconscientes. Ainsi, dès ses débuts Karine Saporta se voit commander des créations photographiques en parallèle avec des créations spectaculaires. Pendant une quinzaine d’années, son travail est produit par les galeries photo-FNAC. Lorsque celles-ci disparaissent ce sont des musées, des festivals, des ambassades, des centres d’art ou des collectivités qui prennent le relais. À ce jour Karine SAPORTA a produit une douzaine d’œuvres photographiques ayant donné lieu à des expositions personnelles en France et à l’étranger. Les poupées tourmentées et convulsées des premières pièces chorégraphiques de Karine SAPORTA trouvent au sein du cadre photographique à se représenter à travers une théâtralité dont l’on reconnaît bien la marque. Pour fixe qu’elle apparaisse sur les images, celle-ci n’en est pas pour autant moins chargée d’énergie explosive et rebelle. Les premières œuvres de l’artiste, qu’elles soient photographiques ou chorégraphiques regorgent de personnages troubles et troublants. Peu à peu, l’inspiration de la chorégraphe comme de la photographe se fera moins tourmentée. Les figures qu’elle concevra se feront moins déchirées et plus archétypales. Pour autant, jusqu’à ce jour, la démarche artistique de Karine Saporta demeure totalement singulière. Sa notoriété internationale aujourd’hui affirmée en tant que photographe est sans doute liée à l’acharnement qu’elle met à renvoyer de manière obsessionnelle face à face le cadre de scène et celui de l’appareil photo. Sans jamais concéder au moindre réalisme. “L’âme en trompe-l’œil” est une exposition reprenant l’ensemble de ces œuvres.

 




plusVoir toutes les actualités

Pièce(s) jointe(s) :


piece_jointe



piece_jointe



Partager l'article