Pierre-André
MARTIN



Né d'une famille de viticulteurs audois, Pierre-André Martin fait ses études secondaires au lycée de Carcassone. Attiré par les arts plastiques et fasciné par les impressionistes, il s'initie à la peinture à l'huile dès la 4è. P-A Martin obtient le bac mathélem en 1958. Sous l'impulsion de sa mère, il commence des études d'architecture à l'École des Beaux-Arts de Toulouse. Après ses obligations militaires, il continue sa formation d'architecte aux Beaux-Arts de Paris, à l'atelier Le Maresquier. Parallèlement il étudie à l'Institut d'Urbanisme et participe à l'étude de nombreux projets, dont le plus important est l'élaboration du 13ème arrondissement.

Diplômé par le gouvernement en février 1968, il installe son agence à Sète en 1969. Sa clientèle d'alors ne lui propose que des directions de chantiers, pour des projets qu'il n'a pas conçus (H.L.M, Maison de retraite...) conseillé par des personnes politiques, P-A Martin élabore le projet "Thetis, Capitale de l'Europe".

Le livre: "Les Grands Maitres de l'Art Contemporain" publié en octobre 2011, consacre un large panoramique à son oeuvre.




Ma peinture raconte les moments heureux de mon existence, lors de séjours ou de passages dans des lieux merveilleux. Chaque tableau est, en quelque sorte, un paragraphe de mon autobiographie.
Architecte, j'ai choisi de ne représenter, sous forme d'esquisse colorée, que des paysages urbains. Les façades au bord de l'eau,sont doublées par leurs reflets. Ceci constitute "la partie visuelle", dans le bas du tableau.
"Si la vue ne va pas au delà des façades, le ciel représente l'infini, propice à la méditation". Au lieu de peindre cet infini, avec ou sans nuage, ma préférence va vers l'évocation des faits marquants, ce que ma mémoire retient des moments agréables, avec toujours la présence du soleil - c'est le "côté mental" du tableau.
Il m'arrive de faire des portraits de gens pour lesquels j'ai une grande admiration ou de l'affection. Ainsi, ma passion pour l'Opéra romantique m'a amené à faire le portrait de Maria Callas, ou celui de Georges Thill, ténor des ténors et mon ami, en évoquant l'essentiel de leur parcours lyrique.

Pierre-André MARTIN

©2018 - Pierre-André MARTIN - Tous droits réservés
Référencé sur www.art-culture-france.com