Art-Culture-France, le portail des artistes et de la culture en France
Rechercher

banniere FR RU

Agenda


PARIS 3è : EXPOSITION TIZIANA LA MELIA "LE SCENARIO DE LA PUNANTEUR DE SAINT-AGATHE" A LA GALERIE ANNE BARRAULT


Du 18/04/2019 au 11/05/2019
Galerie Anne Barrault, 51 rue des Archives, 75003 PARIS



Du 18 avril au 11 mai 2019,

 

Tiziana La Melia

"Le scénario de la punanteur de Sainte-Agathe"

 

Au détour d’une méditation sur le processus de “décréation” décrit par Simone Weil, le conseil d’Anne Carson au visiteur de l’exposition de Tiziana La Melia à la Galerie Anne Barrault sonne comme un avertissement: attention à la tentation de goûter les images car le désir de les consommer pourrait s’avérer un refus d’affronter la contradiction qu’elles mettent au jour. Carson écrit: Je me souviens d’un petit livre sur La Vie des saints qu’on m’a donné quand j’avais cinq ans. Ce livre décrivait les fleurs qui composent la couronne des martyrs avec une telle abondance de mots et de détails qu’il fallait m’empêcher de manger les pages. Je me demande quel goût pouvaient bien avoir ces pages dans mon imagination. Mais peut-être la compulsion à manger des pages n’a-t-elle rien à voir avec le goût. Peut-être qu’elle a à voir avec le fait de se trouver au seuil d’une contradiction, ce qui est une situation pénible que les enfants, dans leur sagesse naturelle, cherchent à fuir, alors que les mystiques l’aiment.

L’histoire de sainte Agathe, par exemple, est à la fois douloureuse et sordide. Elle fut condamnée au bûcher pour avoir persévéré dans son voeu de chasteté chrétienne malgré les avances du préfet romain Quintianus. La terre refusa cette injustice et se mit à trembler rageusement. Dans le choas qui suivit le séisme, sainte Agathe fut jetée en prison et y mourut autour de 251. Pour la convaincre de renoncer au christianisme et de prendre Quintianus pour amant, elle fut violée plusieurs fois avant sa mort, on lui fit subir le supplice du chevalet et on lui coupa les seins à la tenaille. Le jour de sa fête, le 5 février, elle apparaît iconographiquement sous l’apparence de petites brioches en forme de seins coupés recouverts d’une cerise.

Sainte patronne des femmes atteintes de cancer du sein, des victimes de viol et des nourrices, sainte Agathe est invoquée pour protéger les femmes de la violence qu’elle a elle-même subie et qui la représente: par des après-midis froids de février, les gens se délectent de répliques de seins excisés, les doigts pleins de sucre glace. Simone Weil aurait peut-être vu dans ce paradoxe un phénomène de décréation. “Nous participons à la création du monde en nous décréant nous-mêmes”, écrit-elle.

 




plusVoir toutes les actualités

Pièce(s) jointe(s) :


piece_jointe



piece_jointe



Partager l'article





©2003 - 2012 Art-Culture-France - Tous droits réservés Mentions légales | Partenaires & Publicités | Plan du site | Contact