Art-Culture-France, le portail des artistes et de la culture en France
banniere FR RU

Agenda


AURILLAC : EXPOSITION COLLECTIVE "RESONANCES ET CONSPIRATIONS" AU MUSEE D'ART ET D'ARCHEOLOGIE


Du 25/06/2020 au 28/11/2020
Musée d’art et d’archéologie, Les Écuries - Jardin des Carmes, 15000 AURILLAC



Du 25 juin au 28 novembre 2020,

 

"RÉSONANCES et CONSPIRATIONS"

LA COLLECTION DU FRAC AUVERGNE

 

Pour les Écuries des Musées d’Aurillac, le FRAC Auvergne a conçu l’exposition RÉSONANCES ET CONSPIRATIONS qui présente 47 artistes issus de sa collection, regroupés en 23 couples d’artistes auxquels s’ajoute une oeuvre "célibataire"... Ces couples, (ré)unis le temps de cette exposition, engagent des dialogues féconds basés sur des familiarités entre artistes qui s’estiment et parfois se connaissent personnellement, sur des oeuvres liées par des réflexions communes, sur des rapprochements formels ou chromatiques inattendus susceptibles d’engendrer d’autres formes de lectures. À ce titre, si le dialogue est riche au sein de chacun des couples formé pour l’occasion, il l’est tout autant d’un couple à l’autre et le spectateur est invité à arpenter cette exposition comme une sorte de jeu du Marabout ("bout de ficelle, etc.").

D’une oeuvre à l’autre, d’un couple à l’autre, les motifs se répètent, se transforment, passent du plan au volume, se diluent en taches de couleur, la couleur devient matière, la matière s’étire dans un unique geste, le geste creuse l’épaisseur de la surface, etc. Il y a donc "résonances" entre les artistes de chaque couple, "résonances" d’un couple à l’autre. Le sens circule comme l’énergie se propage entre différents matériaux d’origines diverses mais connectés les uns aux autres par des propriétés conductrices. Comme en physique, ces oeuvres entrent en vibration les unes avec les autres, leurs sens s’ajoutent en augmentant l’intensité obtenue.

Il y a "résonances" mais il y a aussi "conspirations". À la fois accord (du latin conspirare : respirer ensemble) et complot, entente secrète et intrigue, la conspiration est à prendre dans le sens ambivalent du terme. Les oeuvres ici réunies entrent en conspiration, s’associent secrètement, complotent d’une certaine manière et font naître un sens commun, inédit et fertile.

Le parti pris volontairement ludique de cette scénographie – qui aura été aussi extrêmement réjouissante dans sa conception – induit naturellement l’idée de plaisir, d’appétit et de curiosité dont il n’est pas inutile ici de rappeler l’importance essentielle dans notre rapport à l’art. Enfin, des 47 artistes réunis en 23 couples, il reste une oeuvre célibataire : la peinture abstraite sur miroir de Rémy Hysbergue qui accueille, seule, le visiteur, renvoyant simultanément son visage, l’environnement proche et sa surface peinte. Par le jeu de reflet, le spectateur se trouve intégré malgré lui au tableau, sa présence active et réactive l’oeuvre à chaque instant : cette rencontre constitue bien là le vingt-quatrième couple de l’exposition, révélant ainsi le dialogue que chacun de nous peut établir avec les oeuvres, par résonance et attachement ou par conspiration et friction, par ce que nous portons en nous au moment de cette rencontre – notre histoire, notre affect et ce qui reste d’indicible – et qui, tout à coup, trouve un écho avec une autre histoire et une autre singularité, celles des artistes.

Jean-Charles Vergne, directeur du FRAC Auvergne
Laure Forlay, chargée des publics au FRAC Auvergne
Commissaires de l’exposition




plusVoir toutes les actualités

Pièce(s) jointe(s) :


piece_jointe



piece_jointe



Partager l'article





©2003 - 2012 Art-Culture-France - Tous droits réservés Mentions légales | Partenaires & Publicités | Plan du site | Contact