Art-Culture-France, le portail des artistes et de la culture en France
banniere FR RU

Agenda


PARIS 3e : EXPOSITION DAVID RENAUD "NOWHERE" A LA GALERIE ANNE BARRAULT


Du 09/01/2021 au 20/02/2021
Galerie Anne Barrault, 51 rue des Archives, 75003 PARIS



Du 9 janvier au 20 février 2021,

 

David RENAUD

"Nowhere"

 

Si l’Atlas que constitue l’oeuvre de David Renaud se déplie dans une variété de mediums allant de la sculpture au livre, l’exposition intitulée Nowhere présente ici-même un ensemble exclusivement composé de peintures. Datées de 1990 à 2020, elles invitent à une traversée du travail artistique par le prisme de la pratique picturale bien qu’une telle exploration critique soit d’emblée promise, par ce titre, à la déroute... Après tout, Nowhere est aussi un point sur la carte et l’histoire commence quelque part, précisément sur un motif de camouflage que l’artiste désigne comme son premier tableau. C’est ici le point d’entrée dans la question du paysage comme sujet de la peinture et des moyens de le traiter au tournant du XXIe siècle mais aussi dans l’héritage de la modernité dont il faut rappeler qu’elle connaît simultanément l’invention du paysage et le projet de maîtriser l’ensemble des espaces terrestres.

Dans un texte intitulé « Question d’échelle », l’artiste pointait le lien de causalité entre le camouflage et la carte dans le régime du visible, tandis que l’une apparaît en conséquence de l’autre dans sa peinture : « C’est la vision aérienne, qui, en affirmant la véracité de l’oeil cartographique crée la nécessité de dissimuler les hommes et leur matériel (...) les protégeant ainsi des moyens de destruction massif ».
C’est depuis cette évidence – quant à la distribution spatiale des tactiques défensives et offensives – que David Renaud s’est engagé dans le grand trouble du paysage, par des spéculations visuelles et linguistiques au plus profond de cette logique monstrueuse. Cette logique repose sur la mise au point de deux systèmes de représentation dépendants, aspirant à une vision totale autant qu’à la capacité de disparaître totalement, conjuguant la sophistication du code et l’imitation primitive, la projection à extrême distance et l’immersion extrême dans le paysage, ce à une seule fin : le détruire. Ainsi pourrionsnous déjà suivre les constants effets de zoom et dé-zoom que ménage l’oeuvre de David Renaud, sur des territoires réels et irréels, sur des surfaces plus ou moins abstraites, comme un mouvement affecté par le caractère irrémédiable et programmé de la disparition du monde. Soyons clair, ces considérations sont sous- jacentes à une pratique tenue à l’écart de toute fonction déclamative ou transcendantale de la peinture, mais s’inscrit délibérément dans l’héritage de l’abstraction concrète, informant de données objectives des formes plutôt silencieuses (et ce mutisme contribue tant à leur élégance qu’à les écarter de tout soupçons, comme il en va de la part visible des nouvelles stratégies impérialistes).




plusVoir toutes les actualités

Pièce(s) jointe(s) :


piece_jointe



piece_jointe



Partager l'article





©2003 - 2012 Art-Culture-France - Tous droits réservés Mentions légales | Partenaires & Publicités | Plan du site | Contact