Art-Culture-France, le portail des artistes et de la culture en France
banniere FR RU

Agenda


VERSAILLES : EXPOSITION JULIANA WILDNER ET ISABELLE MILLERET A LA GALERIE ANAGAMA


Du 12/09/2021 au 31/10/2021
Galerie Anagama, 5 rue du Bailliage, 78000 VERSAILLES



Du 12 septembre au 31 octobre 2021,

 

Juliana WILDNER

Isabelle MILLERET

 

Juliana WILDNER
Première exposition à la Galerie

Née en 1975 au Brésil, elle est diplômée en 1999 de l’Ecole des Beaux-Arts de l’Université de l’état de Santa Catarina. Installée en France depuis plusieurs années, Juliana Wildner poursuit son parcours en galerie et dans les salons.
Son obsession: les fleurs ! Sujet classique qu’elle revisite en le dépoussiérant avec grâce et légèreté, jusqu’à l’abstraction. Elle nous fait plonger dans l’intimité d’une fleur en vision macro, dévoilant des mondes subtils et insoupçonnés, faits de parfum et de délicatesse, de pleins et de déliés, d’exubérance et de pureté. Ce qui semble imaginaire n’est que réalité : nous n’avions pas su voir ainsi la beauté d’une pivoine ou d’une rose. Une plongée vertigineuse dans le secret des
fleurs...
« Je crois que rien n’est plus difficile pour l’artiste que de peindre une rose, parce que pour le faire, il doit d’abord oublier toutes les roses qui ont été peintes avant lui » Henri Matisse.

 

Isabelle MILLERET
Première exposition à la Galerie

Après des études à l’école d’architecture (Genève 1986-1987), Isabelle Milleret entre à l’Ecole des Arts Visuels de Genève (1988-1992) où elle obtient un diplôme en expression tridimensionnelle avec option pédagogique. Une formation en psychologie et en philosophie (1993-2004) à Chambéry lui ouvre ensuite les portes d’une intériorité et de questionnements qu’elle approfondit au cours de nombreux voyages, notamment en Amérique du Sud et en Inde. Entre-temps, elle se perfectionne dans la sculpture et participe à des chantiers de restauration. Aujourd’hui, Isabelle Milleret vit dans le centre de la France, où elle apprécie “l’immobilité au coeur du mouvement”. Un paradoxe qui illustre une sculpteure pour laquelle la création naît du silence, d’un “taire à terre” qui ritualise son désir de calligraphie minérale. A l’écoute du “centre”, l’artiste élabore ses oeuvres à l’aide d’une disqueuse dont les traits de coupe structurent un rayonnement de formes à haute densité esthétique et spirituelle. Prix de la Fondation Taylor en 2015. Expositions en France, Suisse et Pays-Bas. Travail sur marbre, albâtre, ardoise, calcaire d’origines diverses.
« Mon cheminement questionne le mouvement, l’impulsion, les débordements de l’intime...J’aime les envols et les rides profondes. Sculpter la pierre, c’est choisir une cohérence. Se fondre dedans. La taille comme un chemin de déconstruction. Jusqu’à ce que la densité semble perdre de sa consistance. Jusqu’à ce que les limites entre dedans-dehors s’estompent. Des questions de vide, d’information. Envisager les formes comme continuité de l’espace. »




plusVoir toutes les actualités

Pièce(s) jointe(s) :


piece_jointe



Partager l'article