Art-Culture-France, le portail des artistes et de la culture en France
banniere FR RU

Agenda


LE PALAIS-SUR-VIENNE : EXPOSITION NINA CHILDRESS A LA MEDIATHEQUE


Du 08/03/2022 au 23/06/2022
Médiathèque, 20 rue Jules Ferry, 87410 LE PALAIS-SUR-VIENNE



Du 8 mars au 23 juin 2022,

 

Nina CHILDRESS

 

Une chose que j’ai apprise en regardant la peinture de Nina Childress ? voir double. Que voir, c’était toujours revoir, que peindre c’était repeindre, que ça marchait par deux, comme le titre de sa rétrospective Body Body, comme son catalogue, double, retenu par un gros élastique vert : en 1, son autobiographie par Fabienne Radi ; en 2, le catalogue raisonné de ses 1081 peintures depuis 1980 exactement. Être exact, c’est bien le moins qu’on puisse faire pour cette peintre qui liste tout, répertorie, numérote ses peintures, ses expositions, ses articles, ses amants… Préférer systématiquement la chronologie à la théorie ? ça me va. 

La chronologie, je la comprends comme le « raisonnement » d’une histoire de sa peinture, un récit chiffré pour organiser une pratique délirante qui ne se refuse rien – des savons aux nudistes, en passant par les coiffures, Simone de Beauvoir, Dallas, tout est sujet à peindre tout mais pas n’importe quoi — et qui jouit de tous les styles sans en être dupe, son Flounet, le photoréalisme le plus approximatif, l’expressionnisme pourquoi pas, les illusions d’optique… Bien sûr, on peut « déchiffrer » des lignes directrices, je vais m’y employer, mais il faut d’abord tenir « compte » de cette jouissance du calcul chez Nina Childress qui touche à la fois au concept et à la fixation obsessionnelle. Qu’est-ce qui se dit là ? qu’on peut TOUT peindre, encore faut-il savoir compter, avec cette question qui se posera un jour : combien de tableaux encore ? combien de temps pour combien de toiles ? Déclarer 1081 peintures — nombre aujourd’hui dépassé —, c’est affirmer une production, et s’en tenir à cette position mathématique du faire, qui exclut gloses et autres élaborations discursives. Voilà la vérité : peindre c’est produire, avec pour seule croyance, celle de Don Juan : « Je crois que deux et deux sont quatre, et que quatre et quatre sont huit ». 1081 peintures dans le catalogue, 69 amants dans son autobiographie, le compte est toujours bon.

Laurent Goumarre, paru dans artpress 495/ janvier 2022 (extrait)

 

Mardi 22 mars 2022 à 18h : présentation de l’œuvre de Nina Childress par Yannick Miloux, directeur artistique du Frac-Artothèque Nouvelle-Aquitaine

 




plusVoir toutes les actualités

Pièce(s) jointe(s) :


piece_jointe



Partager l'article