Art-Culture-France, le portail des artistes et de la culture en France
banniere FR RU

Agenda


PARIS 3e : EXPOSITION PHILIPPE HURTEAU A LA GALERIE RICHARD


Du 29/10/2022 au 31/12/2022
Galerie Richard, 74 rue de Turenne, 75003 PARIS



Du 29 octobre au 31 décembre 2022,

 

Philippe Hurteau

 

Pour son retour dans une galerie parisienne, Philippe Hurteau propose cet Aperçu sur les développements récents des séries qui composent sa peinture. Depuis la série « Télévision » (1995), sa recherche picturale est consacrée à la question du sujet contemporain immergé dans la société de l’information et bombardé d’images conçues pour façonner sa psyché. Pour Philippe Hurteau, l’histoire de la peinture est d’abord une histoire de la conscience, par définition inséparable de son temps. Le peintre n’a donc d’autre choix que de confronter cette histoire à la « mécanique » du monde contemporain, et d’abord à la profonde mutation numérique de la civilisation, mutation si rapide et violente qu’elle annonce l’avénement d’un homo numericus au destin incertain. Pour Philippe Hurteau la peinture, loin d’être obsolescente, est un outil essentiel et radical pour témoigner des enjeux existentiels de l’époque.

Menées de front, les différentes séries explorent différents genres de la peinture : Facecreen le portrait, Abscreen le paysage, Studio la peinture d’histoire … 

Les tableaux Facecreen, en s’inscrivant dans la tradition du portrait, et même de l’autoportrait avec le selfie, abordent la question du sujet. Radicalement tronquée, l’image du visage est privée de regard, traversée par des lignes de code ou des bugs informatiques. La « crise du regard »  évoque directement une crise de l’identité. 

Les tableaux de la série Abscreen s’appuient sur des images d’écran pour jouer avec les codes de l‘abstraction, démentant l’opposition trompeuse entre abstraction et «image» ou  « figure ». Ils s’inscrivent souvent dans le genre du paysage. Les vagues, qu’elles soient de mer ou de feu, évoquent directement les périls écologiques quand les graphiques du Nasdaq virent à la tempête. 

La série NFPP (un sous-ensemble de la série Abscreen) est une réflexion teintée d’ironie sur le statut des oeuvres dans le monde virtuel. L’analyse des couleurs originelles d’un tableau par les algorithmes aboutit à une proposition abstraite à la fois conceptuelle, factuelle et absurde.

Les formats plus imposants de la série Studio évoquent la peinture d’histoire. Ce « studio » est constitué par des murs d’images, c’est un non-lieu où s’élabore une figure du corps à l’âge numérique.  A la fois dans la délocalisation, dans l’exhibition médiatique, et dans l’hybridation de la présence et de l’absence. Des figures fragmentaires et fantomatiques tentent d’habiter l’image en même temps qu’elles semblent la produire.

Techniquement, plusieurs tableaux usent d’un procédé unique qui consiste à faire réapparaitre par ponçage  le relief des impressions sur aluminum recouvertes par plusieurs couches de peinture. Ainsi la logique numérique est inscrite au coeur même du tableau. Quant aux miroirs couverts de code, évoquant d’abord les écrans, ils ont pour fonction de ramener à la réalité de l’in-situ par les déchirures des images qui les recouvrent.

Un ouvrage intitulé Philippe Hurteau / Aperçu, édité à l’occasion de cette exposition, montre une large sélection d’oeuvres récentes et leur ancrage dans des travaux plus anciens.

 




plusVoir toutes les actualités

Pièce(s) jointe(s) :


piece_jointe



Partager l'article